Qui a peur de l'ouverture des archives de la présidence ? par: Gilbert Naccache

Le déplacement à Carthage de membres de l’Instance Vérité et Dignité pour prendre possession des archives mises à la disposition de l’Instance par le Président de la République a provoqué un tollé dirigé contre la Présidente de l’Instance. La multiplication d’attaques haineuses contre Sihem Ben Sedrine vise bien évidemment l’Instance et sa volonté d’ouvrir, conformément à sa mission tous les documents pouvant éclairer le passé. Ainsi oublie-t-on, dans ces attaques, de mentionner que Madame Ben Sedrine est présidente de l’Instance Vérité et Dignité et qu’elle a, à ce titre, une certaine légitimité à s’intéresser aux archives de l’ancien régime, où qu’elles se trouvent. Cela trahit un affolement prodigieux, apparemment disproportionné par rapport à son objet.
Force est de penser que certaines personnes ne tiennent vraiment pas à ce que soient révélées des données qui pourraient se trouver dans ces documents, en premier lieu dans les archives de la Présidence. Serait-ce parce que Ben Ali avait des contacts directs avec certains de ses informateurs ou parce qu’il récompensait la fidélité et les services rendus ?
Si on peut comprendre que les personnes concernées s’agitent, un rien convulsivement, il est curieux de voir combien de bénévoles se précipitent pour l’Hallali en hurlant à la mort. Le début de la nouvelle présidence coïncide curieusement avec le lâcher des chiens courants, et dans la frénésie de l’odeur du sang de la prochaine mise à mort, les aboiements se font plus forts, sans doute pour couvrir les gémissements de ceux qui sont décidément paniqués.
Une fois de plus, il s’avère que ceux qui prônent l’oubli, pas celui des mises en cause actuelles de certains officiels, civils ou militaires, qu’il faudrait punir avec la plus grande rigueur, mais celui du passé de répression et de corruption, ont des raisons personnelles de le faire. D’où le ton de plus en plus hystérique de la campagne – orchestrée par qui ?– contre Sihem Ben Sedrine.
Ne vous déplaise, la Constitution a créé l’Instance Vérité et Dignité pour piloter la Justice transitionnelle. Ceux qui s’opposent à l’une comme à l’autre déclarent la guerre à la Constitution tunisienne.

Gilbert Naccache


Et la vidéo la plus consultée de l'histoire du Net est ...
Hamma Hammami et Radhia Nasraoui secouent le web
Les étudiants de la faculté de Médecine font une belle parodie
Lilia Weslaty fait valoir à un chauffeur de taxi ses droits intelligemment!
Avant-gout de HAJARLAND
Bande Annonce El Perche EP 22
El Perche EP 21 Partie 02
Bande Annonce El Perche EP 21 Partie 02
El Perche EP 21 Partie 01

Sousse : Démantèlement d'un éventuel réseau de trafic de faux -billets...

Naji Bhiri , le frère de Noureddine Bhiri en état d’arrestation

L’affaire du Viol par deux policiers : 15 ans d’emprisonnement ferme pour...

Medenine : Une fillette de 5 ans victime d’attouchements sexuels par un Imam

Coca-Cola offre aux tunisiens l’espace de son logo

La caisse de compensation: Les problèmatiques de la réforme

L'attribution du prix "Business for Peace Award " à Wided Bouchamaoui

350 millions de dinars d’emprunts obligataires pour payer les salaires du...

Bientôt un collège d’excellence pour les métiers d’arts en Tunisie

El Zaglama, du traditionnel raffiné

Lettre de Jean Jaurès* aux instituteurs

Jazz à Carthage by Ooredoo fête cette année son dixième anniversaire